Archives par mot-clé : Respiration Démocratique

Motion demandée au Conseil Municipal – attentats contre la France – un devoir de rassemblement et de confirmation de nos idéaux républicains

Le groupe Respiration Démocratique va demander de voter sur une Motion au conseil municipal de Bouguenais de février concernant les derniers événements qui menacent les véritables fondements de notre République. Motion reprise par Ouest France du  26 janvier

motion bouguenais

Procès : Respiration Démocratique contre le passage Mr le Député PS D.Raimbourg – Municipales

Suite aux quelques articles parus dans la presse concernant le recours que notre liste Respiration Démocratique à Bouguenais avait signifié dans le procès-verbal de l’élection municipale du 30 mars 2014 à Bouguenais, nous tenons à préciser quelques vérités face à des remarques arbitraires.

1/ Nous n’avions pas comme objectif de remettre en cause l’élection de Madame Gressus, l’écart de voix avec Madame Impériale est faible mais ne justifiait pas de remettre en cause cette élection.

2/ Notre réclamation portait sur le soutien ostensible de Monsieur le député Raimbourg au maire sortant du fait de son passage au deuxième tour des élections municipales non pas dans un seul mais dans les douze bureaux de vote de la commune !

Il est intéressant de savoir que Mr Raimbourg n’est passé qu’au deuxième tour des élections et non au premier car le résultat s’avérait cette fois bien plus serré par la maire sortante qui n’est autre que sa suppléante !

3/ Notre recours était bel et bien cosigné par Vincent Egron, tête de liste de Bouguenais Agir Solidaire arrivé en troisième position de cette élection municipale, la photo en pièce jointe en apportera la preuve.

D’après nous, ce passage ostensible alors que tout soutien de personnalités politiques n’est plus autorisé par la loi depuis la veille à minuit a pu être de nature à troubler la sérénité démocratique et l’impartialité nécessaires à toute élection républicaine.

Nous aurions souhaité que le tribunal puisse émettre un avis, une position, une recommandation concernant ce type d’attitude. Il n’en a rien été et nous le regrettons.

Ainsi, que se passera-t-il si, lors de la prochaine élection d’importance à Bouguenais nous faisions venir des personnalités politiques locales ou nationales, afin de se montrer et de venir saluer les assesseurs dans l’intégralité des bureaux de vote ?
Pensez-vous alors que nos adversaires politiques s’en tiendront à penser qu’il s’agit d’une tradition républicaine ne visant en rien à influencer les électeurs le jour même du scrutin ?

Autre point, Madame Gressus prétend que nous gaspillons l’argent public avec de telles procédures, nous tenons à signaler qu’heureusement que des procédures telles que celles-ci existent dans un état de droit.

Et à propos de gaspillage, Madame Gressus a cru bon de prendre un avocat (pourtant l’affaire semblait d’après elle, entendue…) pour assurer sa défense, (contrairement à nous qui avons plaidé directement et plus longtemps que son coûteux avocat à l’audience) nous posons simplement la question de savoir si les honoraires de celui-ci seront payés par la candidate Madame Michèle Gressus ou par la municipalité de Bouguenais ?

Capture d’écran 2014-10-27 à 12.37.31

Aéroport du Grand Ouest : à quand l’heure de vérité ?

Sandra Impériale, Conseillère Communautaire de Nantes Métropole  et Conseillère Municipale de Bouguenais, dénonce les nouvelles formules au message contradictoire de Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement à propos du projet d’aéroport du Grand Ouest à Notre Dame des Landes.

Après Daniel Cohn Bendit, qui révélait que Manuel Valls aurait indiqué pendant les négociations pour la composition de son Gouvernement, à Jean Vincent Placé, sénateur Vert, que l’aéroport  Notre Dame des Landes ne serait pas réalisé car « trop cher » et « d’un autre temps », c’est au tour de Ségolène Royal, de tenir un discours ambigu. Interrogée pour savoir si cet aéroport allait être réalisé, elle a répondu « A l’heure où je vous parle, je l’ignore ».

Compte tenu du comportement inqualifiable des occupants de la ZAD de Notre Dame des Landes, responsables la semaine dernière d’incendie sur la route entre Nantes et St-Nazaire, sans qu’aucune sanction ne les frappe, la situation actuelle est intenable.

Pour Sandra Impériale, il est urgent de prendre position. Les élus PS, et en particulier Madame le Maire de Bouguenais, ne peuvent conserver plus longtemps leur mutisme alors qu’une zone de non droit perdure à quelques kilomètres de l’ancienne ville du 1er Ministre.

Dans le même temps, les investissements dans l’actuel aéroport sont gelés et son aérogare arrive à saturation. Combien de temps allons-nous supporter cette situation, conséquence de l’alliance électorale entre le PS et les Verts ?

Aéroport du Grand Ouest : pour une attitude claire et responsable

Communiqué de presse, le 27 août 2014

Matthieu Annereau Conseiller Municipal de Saint-Herblain, Philippe Seillier Conseiller Municipal de Rezé, Sandra Impériale Conseillère Municipale de Bouguenais et François Fédini, Conseiller Municipal de Couëron, rappellent leur demande de clarté sur le dossier de Notre Dame des Landes, par respect pour les citoyens et pour les deniers publics.

Mais Daniel Cohn Bendit déclarait ce matin que le 1er Ministre aurait indiqué à Jean Vincent Placé, sénateur Vert, que l’aéroport Notre Dame des Landes ne serait pas réalisé mais que cette information ne pouvait être rendue publique « pour ne pas froisser Jean-Marc Ayrault ».

Les 4 élus communautaires UMP demandent des précisions et un démenti de la part du Gouvernement.
Par ailleurs, ils invitent la Présidente de Nantes Métropole à clarifier sa position sur ce sujet ainsi que sur son soutien au Gouvernement.

Pour Matthieu Annereau, Philippe Seillier, Sandra Impériale et François Fédini, il faut en terminer avec cette hypocrisie et dire la vérité aux citoyens et où en sont les pénalités de retard que l’on doit à Vinci.

La population du Grand Ouest et les 1700 employés de l’aéroport ne peuvent plus être l’otage de sombres accords politiques, ni subir davantage le triste spectacle de la Zone de Non Droit, située à quelques kilomètres de la ville de l’ancien 1er Ministre.